Séminaire « LiDAR et façons culturales » (19-20 mai 2015)

Organisation : Favory François avec le concours de Fruchart Catherine

Ce séminaire s’est tenu les 19 et 20 mai 2015 à Besançon (DRAC de Franche-Comté, 7 rue Charles Nodier) dans le cadre du projet ERC RurLand et de l’Observatoire des dynamiques industrielles et territoriales (ODIT) : Construction Historique des Espaces Forestiers (CHEF)

Texte introductif du séminaire :

L’imagerie LiDAR révèle, dans différents massifs forestiers étudiés en France, des traces de labours fossiles. Certains labours, en billons, pourraient correspondre à des labours médiévaux, modernes voire contemporains. D’autres s’inscrivent à l’intérieur de parcelles reconnues comme composantes d’un système parcellaire antique. Cette question intéresse à la fois le programme ERC RurLand (dir. Michel Reddé, directeur d’études à l’EPHE, Paris), dont je coordonne l’axe 3 relatif aux field boundary systems, et le programme CHEF – Construction Historique des Espaces Forestiers– de l’Observatoire des dynamiques industrielles et territoriales (dir. Laure Nuninger, chercheuse CNRS). Le séminaire organisé à DRAC de Besançon devait permettre à différents utilisateurs de l’imagerie LiDAR travaillant sur les parcellaires fossilisés sous forêt de confronter leurs points de vue sur cette question précise. L’idée de ce séminaire avait germé lors d’un petit séminaire à l’EPHE, dans le cadre du programme RurLand, lorsque nous avons rencontré Alain Giosa, doctorant à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, qui nous a montré les résultats de son travail sur l’imagerie LiDAR de la forêt de Châtillon-sur-Seine, en Côte-d’Or. Certaines parcelles considérées comme des parcelles antiques présentent des traces de labour en billons, ce qui m’a interpellé. Soit nous avons à faire à des labours médiévaux, soit on pratiquait dans l’Antiquité des techniques de labour tracté permettant d’adosser les mottes soulevées par l’outil aratoire. Ce qui me rendait perplexe n’étonnait pas Pierre Ouzoulias : on en avait déjà discuté et il m’avait souligné que l’on disposait de témoignages textuels et archéologiques attestant l’existence de versoirs rudimentaires équipant des araires antiques. C’est pourquoi je lui ai demandé d’inaugurer ce séminaire par un rappel utile des techniques de labour tracté antique. Nous sommes tous deux des disciples revendiqués de grands ethnologues ruralistes du XXe s., comme Charles Parain [1], André-Georges Haudricourt [2], auxquels j’ajoute André Leroi Gourhan auteur d’une synthèse monumentale sur Évolution et techniques et, plus récemment, François Sigaut [3]. C’est-à-dire que nous attachons un grand prix à l’outillage, et dans le cas qui nous a rassemblés à Besançon, l’outillage aratoire qui réunit les différents instruments utilisés pour labourer et préparer le sol pour semer et planter : l’araire, la bêche, la houe, la herse, etc. L’enjeu de ce retour sur l’outillage aratoire, c’est de comprendre les indices de labour tracté que peuvent livrer les images LiDAR sous forme de microreliefs linéaires et les traces de labour en fouille quand on a la chance d’en disposer. Ensuite les communicants ont passé en revue différentes formes de réseaux parcellaires, de l’Antiquité au Moyen Âge, voire de l’époque moderne, et les éventuelles traces de labour tracté. Il s’agissait de faire apparaître ce qui, au plan formel, est significatif d’une période et distinct des autres périodes.

[1] Outils, ethnies et développement historique,‎ Éditions sociales,1979.

[2] Auteur avec Mariel Jean-Brunhes Delamarre, de l’ouvrage encyclopédique L’Homme et la charrue à travers le monde (Gallimard, Paris, 1950).

[3] Bourrigaud R., Sigaut F. (dir.), 2007. Nous labourons. Nantes, Centre d’Histoire du Travail, 400 p + CD.

 

Programme du séminaire

Mardi 19 mai

11 h François FAVORY, Introduction

11 h 15 Pierre OUZOULIAS, Chercheur CNRS, univ. Paris I Panthéon Sorbonne : Instruments aratoires et techniques de labour tracté durant l’Antiquité romaine

13 h 30 h Murielle GEORGES LEROY, Conservatrice régionale de l’Archéologie, Lorraine : Typologie des structures agraires et parcellaires fossilisées sous couvert forestier en Lorraine.

14 h 30 h Alain GIOSA, doctorant univ. Paris I Panthéon-Sorbonne : Apport des données LiDAR à la caractérisation des trajectoires agraires : éléments de réflexion typologique et chronologique sur les anomalies microtopographiques interprétées comme des traces agraires, confrontation avec des données pédologiques et géochimiques. L’exemple de la forêt domaniale de Châtillon-sur-Seine.

15 h 45 Catherine FRUCHART, docteure en archéologie, ingénieure de recherche contractuelle ODIT : LiDAR et traces agraires fossiles autour de Besançon : potentiel et limites de l’outil de télédétection.

16 h 45 Paolo FORLIN, docteur en archéologie, post-doc Marie Curie, univ. Durham : Paysages agraires médiévaux en Italie et autour de Besançon

 

Mercredi 20 mai

 

9 h Jean-Marie BLAISING, archéologue : Modelés agraires volontaires et involontaires du dernier millénaire en région Lorraine

10 h Nicolas MEYER, archéologue, ingénieur chargé de recherches à l’INRAP Grand Est Nord : Les forêts des Vosges du Nord, un secteur à fort potentiel pour l’étude des aménagements agraires médiévaux et modernes désaffectés

11 h Benoît SITTLER, géographe, chercheur à Albert-Ludwigs-Universität Freiburg, Institut für Landespflege : Les apports du LIDAR pour appréhender les modelés agraires : l’exemple du Fossé rhénan

13 h 30 h Clément LAPLAIGE, géo-physicien archéologue, post-doc à l’université de Tours, et Xavier RODIER, archéologue, ingénieur de recherches au CNRS : SOLiDAR ; Diachronie de l’occupation du sol : télédétection LiDAR en forêt de Chambord, Boulogne, Russy et Blois. Premières données, premiers questionnements

14 h 30 Lucie FROEHLICHER, doctorante, université de Strasbourg : L’apport de LIDAR dans l’étude des structures agricoles : le cas des rideaux de cultures en Alsace

Organisateurs :

François FAVORY

Professeur émérite d’Histoire ancienne et Archéologie rurale

Université de Franche-Comté, Besançon

favory.francois2@wanadoo.fr

 

Catherine FRUCHART

Ingénieure de recherche

Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement, Université de Franche-Comté/CNRS, Besançon

catherine.fruchart@mshe.univ-fcomte.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *