L’occupation rurale gallo-romaine dans l’Est Dijonnais, quinze années d’archéologie préventive : première synthèse. Frédéric Devevey (INRAP) et Christophe Gaston (UMR 6249-Laboratoire Chrono-environnement).

A l’issue de plus de quinze ans d’archéologie préventive, une première synthèse sur l’organisation des principaux sites Dijonnais s’impose, tant pour la chronologie que pour l’organisation. Tout d’abord, on peut s’interroger sur les motivations et la dynamique d’implantation des établissements ruraux et surtout de leur  » spécialisation  » éventuelle. Quelle part peut-on faire entre la production vivrière et celle destinée à la vente ou aux échanges ? Bien des questions restent pour l’heure sans réponse, notamment concernant la part de la culture vivrière par rapport à la culture productive. Reste également la question de la définition même du terme de  » villae  » et de leur rôle dans l’économie rurale. Doit-on faire une distinction entre  » ferme « ,  » établissement agricole « , villa d’aisance de notables etc. Si des pistes sont ouvertes, le fait est que beaucoup d’éléments restent inconnus quant au statut foncier des établissements ruraux antiques du Dijonnais.

http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00986546


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *