Atelier n°5 (16-17 mars 2015) : Méthodes d’analyse des différents paysages ruraux dans le nord-est de la Gaule romaine

Atelier du programme européen RurLand (« Rural Landscape in north eastern Roman Gaul ») financé par l’European Research Council

 

MÉTHODES D’ANALYSE DES DIFFÉRENTS PAYSAGES RURAUX DANS LE NORD-EST DE LA GAULE ROMAINE.

Études comparées (hiérarchisation des exploitations ; potentialités agronomiques des sols ; systèmes de production ; systèmes sociaux)

16 et 17 mars 2015, INHA, 2 rue Vivienne, 75002, Paris, salle Vasari

(métros Palais-Royal ou Bourse)

 

Dans le cadre du programme européen « Rurland », financé par l’European Research Council, il est prévu d’analyser et de comparer un certain nombre de territoires limités, mais archéologiquement bien documentés, choisis en fonction de leurs caractéristiques géographiques et géomorphologiques (répartition dans l’espace, topographie et ensembles paysagers, potentialités agronomiques des sols), de la diversité de leurs exploitations agricoles (« villas » / « fermes » / habitat groupé /dispersé), de leurs systèmes de production et des formes d’organisation sociale qu’ils reflètent, de la Tène D1 à la fin de l’Antiquité. Cette enquête, menée en France à l’échelle du Nord-Est, connaît bien évidemment des parallèles dans les autres pays limitophes de la frontière romaine ou qui se trouvent dans son hinterland proche (Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Luxembourg, Suisse). L’objectif de cet atelier est de confronter les différentes expériences menées dans chaque pays et d’examiner comment une comparaison générale est possible, sur quels critères, selon quelles modalités, tout en respectant l’autonomie scientifique de chacun et les travaux déjà faits. Comprendre les critères de classification de chacun, ses présupposés, ses méthodes de travail, ses objectifs constitue donc un préliminaire indispensable à la poursuite de l’enquête et à la constitution d’un réseau scientifique international autour de ce projet. Nous vous invitons donc à participer à un atelier de travail destiné à explorer les questions posées par le programme.

  • Langue de travail : anglais principalement (français secondairement). Les PPT devront tenir compte de cette situation afin d’être explicites pour tous.
  • Principe de communication : présentation d’une demie heure + discussion de 15 mn.
  • Publication : en ligne et aussi rapidement que possible dans les « dossiers Rurland » pour ceux qui le souhaiteront. Ces textes pourront être repris et publiés ailleurs par leurs auteurs, dans  des revues classiques, ou dans la publication finale de Rurland.
  • La discussion (en anglais et en français) sera ouverte à tous les collègues présents.

 

Lundi 16 mars

 

9h-10h M. Reddé (EPHE) Greetings Introduction in the problem
10h-10h45 E. Camizuli[1], C. Petit[2], P. Ouzoulias[3], V. Zech-Matterne[4] Determining suitable soil quality indicators for Roman agriculture. Mapping at different scales for the Rurland Project
10h45-11h15 Pause
11h15-12h M. Aguilera[5], M. Balasse[6], V.Zech-Matterne, S. Lepetz[7] Fertilization practices on crop cultivation systems in the North-Eastern Gaul: contribution of stable isotope analysis of archaebotanical and archaezoological remains
12h-12h45 N. Bernigaud[8] Settlement and exploitation of the countryside in the North of Gaul based on preventive Archaeology: a comparative study of three French microregions of Ile-de-France and Lorraine.
12h45-14h Pause
14h-14h45 G. Blancquaert, Th. Lorho, F. Malrain[9] De la diversité des habitats ruraux du Second Age du Fer en France septentrionale : formes d’exploitations et d’organisation
14h45-15h30 A. Lepot[10], A. Vallée[11], H. De Brue[12], B. Notebaert[13], G. Verstraeten[14] Perspectives d’exploitation des données sur les paysages ruraux en Condroz et en Hesbaye (Belgique) du 1er au 7e siècle après J.-C.
15h30-16h Pause
16h-16h45 W. De Clercq[15] Nature and diversity of rural settlement of the most Northern parts of Gaul (Flanders, Belgium). Towards a new socio-economical interpretation.
16h45-17h30 N. Roymans[16] The Roman settlement pattern in the peripheral area of Meuse/Demer/Scheld region (N. Roymans)
17h30-18h00 A. Ferdière[17] (modérateur) Discussion générale
18h00 Apéro

 

Mardi 17 mars

 

8h30-9h15 K. Jeneson[18] Feeding the Frontier : The Roman villa landscapes between Tongres and Cologne
9h15-10h M. Brüggler[19] Filling in the gaps – Studying the Roman Rural Landscape on the Lower Rhine, Germany
10h15-10h45 Pause
10h45-11h30 J. Morscheiser[20] Behind the border – Development of the Roman Rural Landscape in southern Germania Inferior
11h30-12h15 A. Hunold[21] How did Roman entrepreneurs live
12h15-13h Chr. Ebnöther[22] Des structures d’établissements à l’organisation des paysages : étude comparative du paysage rural en Germanie supérieure au-delà et en-deçà du Rhin
13h-14h15 Pause
14h15-15h  N. Bernigaud, P. Ouzoulias, V. Zech-Matterne Entreprise agricole et exploitation familiale à l’époque romaine à partir du cas de la plaine de France
15h-15h45 M. Kasprzyk[23] Late roman rural settlements in Northern Gaul : hierarchy and agrarian systems
15h45-16h30 A. Ferdière Conclusions et discussion générale

 

 

 


[1] EPHE, Post-doc Rurland

[2] Prof. Univ. Paris 1, UMR 7041-ArScAn

[3] CR CNRS, UMR 7041-ArScAn

[4] CR CNRS, UMR 7209/MNHN-Archéozoologie, Archéobotanique

[5] EPHE, Post-doc Rurland

[6] CR CNRS, UMR 7209/MNHN-Archéozoologie, Archéobotanique

[7] CR CNRS, UMR 7209/MNHN-Archéozoologie, Archéobotanique

[8] EPHE, Post-doc Rurland

[9] INRAP

[10] UCL/CRAN

[11] UCL/CRAN

[12] KUL/Geography

[13] KUL/Geography

[14] KUL/Geography

[15] Professeur, Université de Gand

[16] Professeur, Université libre d’Amsterdam

[17] Professeur (ém.), Université de Tours

[18] Thermenmuseum Heerlen (The Netherlands)

[19] LVR-Amt für Bodendenkmalpflege im Rheinland

[20] LVR-Amt für Bodendenkmalpflege im Rheinland

[21] Römisch-Germanisches Zentralmuseum Mainz

[22] Professeure, Université de Berne

[23] INRAP, UMR 6298, Artehis

Introduction in the problem

Prof. Dr. Michel Reddé

This introduction will serve to formulate some various questions connected to the program RurLand with the help of recent published documents

– Must the notion of  » non villa landscapes » be limited to the low countries of northern Europe and to the mountainous areas, or can it be observed elsewhere in Gaul?

-Is this question not connected to an analysis of the evolution of the rural establishments during the Roman time?

-Is the presence of villas bound to specific and recognizable types of production ?

– Is the presence of villas automatically generative of « luxurious » installations supposed to be characteristics of Romanity (thermal baths, mosaics etc.) ?

-What mean the differences observed in the density of the rural establishments? In their morphology? In their size?

– Are there any relationships of dependence between small and big rural establishments ?

– Can we observe a geography of the productions, according to soils, to communication routes, to cities and small towns, to markets ?

Determining suitable soil quality indicators for Roman agriculture. Mapping at different scales for the Rurland Project

Dr. Estelle Camizuli, Prof. Dr. Christophe Petit, Dr. Pierre Ouzoulias, Dr. Véronique Zech-Matterne

The main objective of the Rurland research program is to study rural world in the North-Eastern Gaul from the middle of the second century BCE to the late fifth century CE. The description of the environment (geography, geology, etc), in which ancient agro-sylvo-pastoral system had taken place, is of major interest to better understand their spatial and historical dynamics. In this communication, we will concentrate on soils and their agronomic potential. Several GIS databases already exist at the 1/1 000 000, 1/250 000 or 1/50 000 scale, but available data are heterogeneous and suitable parameters have to be selected. Mapping soil potential is not an easy task as soil is a complex and dynamic media, depending on the study scale. The methodology presented rely on the processing of present soil properties, so the selected soil parameters have to be considered as ‘stable’ through archaeological times.We will express the soil parameters that can be transposed to the study of ancient agro-ecosystems, and we will also discuss which criteria for cereals from Antiquity can be used to define the soil/landscape quality at the scale of the Rurland project.

Settlement and exploitation of the countryside in the North of Gaul based on preventive Archaeology: a comparative study of three French microregions of Ile-de-France and Lorraine

Dr. Nicolas Bernigaud

This communication will focus on the settlement and the exploitation of the Gallic and Roman countryside in the North of Gaul (2nd c. BC – 5th c. AD) in three French microregions: the Valley of the Seine between Villiers-sur-Seine and Montereau-Fault-Yonne (1), the Plaine de France in the North of Paris (2) and the Valley of the Moselle between Metz and Thionville (3). Since the end of the 1980s, these former rural sectors are subject to pressure of suburban developments (industrial, residential, railways and roads, quarries, etc.). Intensive research in preventive archaeology were conducted on more than 100 km2. The studies that will be presented are based on more than a thousand excavations report archived in the Services of the regional archaeology of Ile-de-France and Lorraine. Archaeological and paleoenvironmental data extract from these reports were formalised to be integrated into a Geographic Information System that allows to manage and analyze a large amount of multidisciplinary data. After a presentation of the methodology, we will compare the typologies and the density of the rural settlements in the three sectors, as well as the results of the paleobotanical and archaeozoological studies. We will finally comment the differences between micro-regions: are they reflecting the diversity of Gallo-Roman campaigns or territorial heterogeneity of archaeological research?

De la diversité des habitats ruraux du second âge du Fer en France septentrionale : formes d’exploitations et d’organisations

Geertrui Blancquaert, Thierry Lorho, François Malrain

MCC/DRAC-SRA Champagne-Ardenne

MCC/DRAC-SRA Bretagne – UMR6566 « Civilisation Atlantiques et archéo-sciences »

Inrap Nord-Picardie – UMR 8215 « Trajectoires »

Dans les années 2000 une analyse de plus 300 établissements ruraux du second âge du Fer a permis de dégager les critères (aménagements immobiliers et mobiliers) permettant leur classification hiérarchique en quatre rangs. Dans la décennie suivante, cette gradation a pu être vérifiée grâce à la constitution d’une importante base de données réunissant plus de 700 sites et par l’affinement par Yves Menez, des indices d’échelle (Menez 2008). Après un rapide historique des protocoles d’études qui ont permis ces propositions de classifications, notre analyse portera sur les durées d’occupations des sites selon les régions dont un premier examen a mis en valeur des disparités régionales (Malrain, Blancquaert, Lorho, 2013). Les origines de ces diversités seront ici discutées, particulièrement celles liées aux formes d’agriculture et leurs productions mais également celles qui ont trait aux formes d’organisations des sites et leurs interrelations. Différents questionnements sur l’évolution du monde rural laténien en corrélation avec les grands événements qui ont marqué la fin ce cette période (développement des villes, guerre des Gaules) seront aussi abordés.

Malrain f., blancquaert g., lorho t. (dir.) (2013) : L’habitat rural du second âge du Fer Rythmes de création et d’abandon au nord de la Loire,  INRAP/CNRS Editions, 255p.

Menez  y. (2008) : Le camp de Saint-Symphorien à Paule (Côtes-d’Armor) et les résidences de l’aristocratie du second âge du Fer en France septentrionale, Thèse de Doctorat, Universités de Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Perspectives d’exploitation des données sur les paysages ruraux en Condroz et en Hesbaye (Belgique) du Ier au VIIe s. après J.-C.

Annick Lepot (UCL/CRAN), Amélie Vallée (UCL/CRAN), Hanne De Brue (KUL/Geography), Bastiaan Notebaert (KUL/ Geography) & Gert Verstraeten (KUL/ Geography)

La communication propose d’aborder les contraintes auxquelles sont confrontés les chercheurs dans l’analyse des paysages ruraux antiques. Cette réflexion est le fruit d’un projet d’étude diachronique sur les particularismes régionaux et la viabilité des peuplements antiques sur deux régions agro-géographiques : la Hesbaye et le Condroz (Belgique Prov. de Namur, Liège, Brabants wallon et flamand et Limbourg)[1].

L’outil d’analyse développé ici est une base de données de sites d’époque romaine et mérovingienne liée à un système d’information géographique qui intègre notamment les variables topographiques (relief, sols, hydrographie, etc.) mais également socio-économiques (places centrales, réseaux de communication, etc.). Les premières analyses réalisées à l’aide de cet inventaire cartographié permettent plusieurs observations d’ordre méthodologique.

Tout d’abord, que l’on utilise une approche classique ou que l’on ait recours à des logiciels géographiques, l’examen de l’occupation du sol implique avant tout une réflexion critique sur les données archéologiques analysées. Afin d’éviter toute vision tronquée des dynamiques de peuplement, l’état de la recherche, la qualité et la quantité de la documentation doivent être évalués. Ceux-ci peuvent, nous le verrons, varier considérablement en fonction des terroirs et/ou de la période envisagée.

Ensuite, l’approche des caractéristiques naturelles qui agissent comme des variables à considérer dans l’implantation et le développement des structures archéologiques est de plus en plus souvent abordée dans les études de synthèse. Les deux régions agro-géographiques, la Hesbaye et le Condroz, possèdent précisément des caractéristiques topographiques, géologiques et pédologiques différentes. Un essai d’analyse SIG de type rare event logistic regression analysis en collaboration avec des géomorphologues de la KULeuven a permis d’évaluer l’importance de plusieurs facteurs naturels sur l’implantation des sites condruziens mais a également relevé les limites méthodologiques des modèles créés par ce type d’analyse.

Enfin, le type de sol n’est évidemment pas le seul facteur qui a motivé l’implantation des populations ou influencé les systèmes de production des établissements ruraux. La proximité d’une ville ou d’une agglomération, d’un réseau routier ou la présence d’une frontière politique ou cultu(r)elle sont autant de variables à prendre en compte. La mise en évidence des systèmes sociaux et des économies de marché dans lesquels s’inscrivent les implantations humaines est dépendante de l’analyse des données récoltées sur chaque site (pollen, macrorestes, céramiques, faune). Les études interdisciplinaires réalisées à partir du mobilier de plusieurs villas romaines donnent, çà et là, des indications locales intéressantes. L’analyse géographique de l’ensemble des données ne permet pas encore de développer, à partir des tendances locales et régionales observées, de modèle nouveau qui soit applicable à plusieurs terroirs ou à une cité.

Nature and diversity of rural settlement of the most Northern parts of Gaul (Flanders, Belgium). Towards a new socio-economical interpretation

Dr. Wim De Clercq

La région d’étude comporte trois parties de civitates situées dans les zones les plus septentrionales de la Gaule: les zones septentrionales des cités des Ménapiens et Nerviens, à l’écart de leurs capitales, ainsi que la région méridionale de la cité des Tongres se développant à l’ouest et au nord de son caput civitatis, Atuatuca Tungrorum. Situées proches des frontières, ces régions ont été influencées profondément par leur intégration dans le système Romain d’approvisionnement militaire et de taxation. D’autres aspects comme la connectivité ou dis-connectivité géographique ou sociale ont aussi eu une influence importante sur le processus de la Romanisation.

L’étude de l’habitat rural Gallo-Romain dans l’extrême Nord de la Gaule sur le territoire de la Flandre Belge actuelle a connu un développement exponentiel les 15 dernières années. Suite à l’installation d’une archéologie préventive, de nombreuses fermes ont été mises au jour, rattrapant ainsi graduellement le retard historique dans l’étude du monde rural aux extrémités de l’Empire par rapport aux régions avoisinantes. Surpassant les fermes médiévales en nombre de sites découverts chaque année en Flandre, les fermes datant des premiers siècles de notre ère dominent maintenant largement le nombre total des sites mis au jour. Même en tenant compte de quelques biais de la recherche, il semble que nous assistions a un habitat Gallo-Romain rural très dense et parfois de courte durée, qui fut souvent créé ex nihilo et avec des développements et densités différents au niveau régional,  culturel et environnemental.

Dans notre présentation nous aborderons tout d’abord brièvement l’historiographie de la recherche et le corpus de données pour aborder ensuite plus en détail les différences dans la densité de l’habitat et les types d’habitat observés, et leurs évolutions morphologiques et topographiques au sein des diverses régions et paysages (sols sablonneux de l’ouest, sols limoneux, sols sablonneux du nord). Nous proposerons pour finir une interprétation socio-économique qui mettra d’une part l’accent sur la diversité régionale et qui essaiera d’autre part d’expliquer ces divergences non seulement par des facteurs extérieurs (p.e. taxation) mais surtout par des dynamiques culturelles et socio-économiques dans les sociétés locales de fermiers répondant à des stimuli extérieurs.

The archaeology of the periphery. Roman rural habitation in the sandy landscape of the Texuandri (southern Netherlands/northern Belgium)

Prof. Dr. Nico Roymans

In my paper I will present a synthesis of our long-term regional research programme on the rural habitation in the pagus of the Texuandri, situated in the north of the civitas Tungrorum. Recent fieldwork has produced here about 80 partly or completely excavated settlements, which makes this region one of the most intensively investigated rural areas of the Roman Empire. It is therefore interesting for interregional comparative research. Starting point of our social analysis is the characterisation of the area as a relatively poor and peripheral region that was situated between the Lower Rhine limes zone in the north and the rich villa landscape in the central zone of the Tungrian civitas in the south. In my presentation I will focus on the following themes: a. the peripheral nature of the study region, b. the characterisation and classification of rural habitation, c. the development and social interpretation of a completely excavated villa site in the region (Hoogeloon), and d. the almost total depopulation of the area in the later 3rd century.

References:

Slofstra, J., 1991: Changing settlement systems in the Meuse-Demer-Scheldt area during the early Roman Period, in N. Roymans/F. Theuws (eds), Images of the past. Studies on ancient societies in Northwestern Europe, Amsterdam (Studies in Prae- en Protohistorie 7), 131-199.

Roymans, N./T. Derks/H. Hiddink (eds), in press: The villa of Hoogeloon and the archaeology of the periphery, Amsterdam (Amsterdam University Press).

Feeding the Frontier: The Roman villa landscapes between Tongres and Cologne

Dr. Karen Jeneson

That the fertile loess soils in Northwest Europe were transformed into a Roman villa landscape after the usurpation of the region into the Empire is not exactly new information. However, details of this transformation – with regards to scope, exact nature, and even dating – were still largely lacking for the region between Tongres and Cologne, even after more than a century of archaeological research.

An NWO-funded research project at the Achaeological Centre of the VU Amsterdam, carried out between 2006 and 2010, aimed to fill in some of the many gaps. In this paper, the main findings of the landscape-archaeological study in this project are presented. This study first collected data from Belgium, The Netherlands and Germany, generated during the last 150 years, in order to create a basic dataset. This dataset was then used to reconstruct the rural landscapes between Tongres and Cologne, focusing not only on settlement data, but also on burial evidence and even single finds. It will be shown that this method lead to many new insights, using geo-ICT tools for spatial analyses and comparing datasets from neighbouring countries. Perhaps surprisingly it was shown that the research traditions in each of the three countries played a major part in how this landscape has been perceived over the last century.

Filling in the gaps – Studying the Roman Rural Landscape on the Lower Rhine, Germany

Dr. Marion Brüggler

Until a few years ago there had been no large-scale excavations on Roman rural sites in the German part of the Lower Rhine, i.e. in the immediate hinterland of the Limes and the Colonia Ulpia Traiana (Xanten). On distribution maps of Roman rural sites, this area often figured as a blank. Of course Roman sites were known from surface-finds, but, because these are not as conspicuous as in more southern parts of the Rhineland with their scatters of building materials, not so many were known. From the lack of building material and the fact that the predominating sandy soils are less fertile it had been – correctly – surmised that the Lower Rhine was no villa-landscape, but rather must have been similar to areas in the neighbouring Netherlands. Prior to large-scale gravel extractions, several sites in this area were recently excavated. In this lecture, I would like to present the results of these excavations. In order to put them into context, I shall reassess data collected in the course of 200 years in our database in an exemplary research-area of around 250 km² lying between 4 and 24 km west and thus in the hinterland of the Limes-zone along the Rhine. To come closer to an understanding of settlement density and development, the distribution of these sites will be investigated in reference to ground elevation, soils and communication routes, i.e roads and waterways. They will be put in relationship to Iron Age and Early Mediaeval settlement data.

Behind the border – Development of the Roman Rural Landscape in southern Germania Inferior

Dr. Jennifer Morsheiser

Methodical development like Airborne laser scanning and GIS analysis give us the chance to discover hidden structures particularly in forest areas. This alters our understanding of Roman landscape, especially in the hinterland of the Limes. With the help of a group of volunteers, the LVR-Amt für Bodendenkmalpflege is currently surveying approx. 7000 ha of forest close to Bonn with about 350 known Roman places. The purpose of this project is to first register new sites and protect them from damage by illegal metal detecting searches and to secondly compare them with the findings of the well-known loess areas around the city of Rheinbach as well as with the excavations in preparation of the brown coal opencast mining in the north roads and waterways. They will be put in relationship to Iron Age and Early Mediaeval settlement data.

How did Roman Entrepreneurs live? Investigations in the ancient quarry and mining district between the Eifel and the Rhine

Dr. Angelika Hunold

Since 1997 the ancient quarry and mining district between Mayen on the edge of the Eifel and the Rhine in the federal state of Rheinland-Pfalz has been investigated by the Römisch-Germanisches Zentralmuseum (RGZM) in Mainz and Mayen. During the years mining techniques, production and trade in the valuable volcanic rock could be researched in detail. The products, above all millstones of basalt lava and building material of tuff stone, were extensively traded into large parts of Europe. But how could the increasing number of workers in the roman period be supplied? Where did they live and where lived the quarry owners? What was the relationship between the stone industry, other branches of industry and agriculture? Are there any differences to the settlement pattern in non-industrial regions? In order to reply to these questions a number of research projects in archaeology, mineralogy and soil science were started. This lecture gives a general idea of the results.

Dr. Angelika Hunold

Kompetenzbereich Vulkanologie, Archäologie und Technikgeschichte (VAT)

des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz / Mayen

An den Mühlsteinen 7

56727 Mayen

Allemagne

Des structures des établissements aux organisations des paysages: étude comparative du paysage rural en Germanie Supérieure au-delà et en-deça du Rhin

Prof. Dr. Christa Ebnoether

Sur la base des données provenant du plateau suisse, la contribution va reprendre et tenter d’approfondir les recherches récentes sur les paysages voire les structures et l’organisation des établissements ruraux dans la Gaule préromaine et romaine (notamment Ferdière 2011/Fichtl 2009 et 2013) et les confronter avec le développement des paysages et des établissements ruraux au-delà du Rhin voire des régions limitrophes des provinces occidentaux de l’Empire romaine.

Entreprise agricole et exploitation familiale en Plaine de France de la Tène finale à l’Antiquité tardive (IIe s. av. J.-C. – Ve s. ap. J.-C.). Typologie des établissements et systèmes agraires

Pierre Ouzoulias, Nicolas Bernigaud, Véronique Zech-Matterne

Cette communication portera sur les exploitations et les pratiques agricoles en Plaine de France entre la fin de l’Age du Fer et la période gallo-romaine. Le secteur étudié se trouve à une quinzaine de kilomètres au nord de Paris, entre les vallées de l’Oise et de la Marne. Il s’étend d’est en ouest sur une quarantaine de kilomètres de longueur et du sud au nord sur une quinzaine de kilomètres, couvrant une superficie de 625 km2. D’un point de vue géomorphologique, il s’agit d’une plaine loessique recouverte pendant les périodes glaciaires par un épais placage de limons éoliens. Depuis les années 1990, des recherches archéologiques intensives y sont menées dans le cadre de grands travaux d’aménagement du territoire d’Ile-de-France (aéroport Roissy-Charles de Gaulle, lignes de TGV Nord et Est, Francilienne, etc.). Les diagnostics archéologiques réalisés à ce jour couvrent plus de 1900 hectares de terrain dont environ 7 % ont été fouillés. Parmi les nombreux sites archéologiques diachroniques découverts, on recense plus de 90 établissements dont la chronologie d’occupation est comprise entre la fin de La Tène et l’Antiquité. Ce corpus ne comprend que quelques rares villae. La plupart des exploitations agricoles mises au jour sont en effet des exploitations d’un rang plus modeste. Celles-ci s’inscrivent généralement à l’intérieur d’enclos trapézoïdaux formés de fossés doubles. Nous analyserons le plan et la typologie de ces établissements dont nous discuterons du statut. S’agissait-il d’exploitations familiales autonomes ou de fermes sur l’étendue de grands domaines ? Nous dresserons aussi un bilan synthétique des études archéobotaniques (carpologie, palynologie, anthracologie, etc.) et archéozoologiques afin d’appréhender la nature des pratiques agro-pastorales dans cette plaine réputée fertile.


[1] Projet Pôles d’Attraction Interuniversitaires (PAI) VII/09-CORES, Comparing regionality and sustainability in Pisidia, Boeotia, Picenum and North-West Gaul between Iron and Middle Ages (1000 BC – AD 1000).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *