Recherche sur la pars rustica de la villa de Larry à Liéhon (France, Moselle)

Jean-Denis Lafitte, INRAP

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01171535

Pages de LIEHON-LAFFITE

Résumé : La villa de « Larry » à Liéhon est située sur le plateau lorrain, au sud de la ville antique de Metz. Sa partie résidentielle a été fouillée sur 3 ha lors de l’agrandissement de l’aéroport régional en 2003. La partie rustique a été ensuite étudiée en prospection au sol et par détections géophysiques sur 9 ha, de 2005 à 2008 (Inrap/SRA Lorraine/Geocarta). Le site fut occupé dès le début du Ier s. de notre ère (édifice en bois, enclos fossoyé). A la fin du Ier s., la demeure n’était encore qu’une simple villa rustica à pavillons latéraux. À son apogée architecturale entre 190 et 250, la pars urbana couvrait un demi hectare bâti (1,5 ha avec les cours fermées), dont environ 1500 m2 habitables, avec plus de 80 pièces dont un balnéaire, des salles à hypocauste, des décors de mosaïques et d’enduits peints. L’emprise de la villa, avec sa vaste pars rustica, atteignait alors au moins 9 ha. L’exploitation agricole était localisée au nord du site ; elle comportait au moins une vingtaine de bâtiments annexes répartis autour d’une cour fermée de plan trapézoïdal sur 10 actus de long (354 m), de 4,5 ha. L’étude de cet espace agraire a permis de définir des bâtiments d’habitation, rustiques (granges, étables) et artisanaux (forge). Au cours du IVe s., la villa a été déclassée, mais le site fut toujours occupé durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge. Le centre de la pars rustica antique fut réoccupé par le hameau rural de « Larry » des Ve-VIe s. au XVe s., après la ruine de la pars urbana. Cet exemple de villa axiale de grande envergure, de type monumental, offre à la fois l’image d’une demeure romanisée (architecture, confort, richesse) et d’une vaste exploitation agricole, que les grands propriétaires ont su développer dans les campagnes gauloises sur leurs domaines ruraux. La méthode non destructive de prospections géophysiques électriques et magnétiques, appliqué par Geocarta, a prouvé son efficacité sur ce type de site diachronique occupé très densément. Elle a apporté non seulement des confirmations aux hypothèses émises à partir de la prospection pédestre, mais elle a permis aussi la découverte de nouveaux bâtiments non détectables au sol, ainsi que des structures du parcellaire antique. Elle a fourni aux archéologues un plan quasi-complet de l’organisation de la pars rustica antique et de son évolution jusqu’au Moyen Âge. On connaît désormais la disposition des bâtiments annexes à vocation agricole, artisanale ou autres. En ce qui concerne le vaste espace central enclos par un mur, qui est libre de constructions maçonnées, mis à part quelques bâtiments annexes établis en périphérie et un cas particulier, la détermination de sa vocation économique et des zones d’activités reste à préciser. Sa fonction rustique n’est pas forcément la plus plausible dans le cas d’une grande villa domaniale comme celle-ci ; une vocation de parc paysager n’est pas exclue (source, axe central d’accès). La plupart des annexes rustiques ont été placées à l’extérieur du mur de clôture de la grande cour. Elles correspondent à des bâtiments qui ont une fonction agricole : granges, greniers, fenils, étables, écuries, porcheries, etc., ou une fonction artisanale : ateliers de forge, de textile. Les activités agraires sont regroupées autour de cette cour, mais elles sont pratiquées à l’extérieur, vers les champs et les différents terroirs du domaine. La main d’œuvre agricole vivait sur son lieu de travail, comme le prouve le mobilier récolté. La ferme était habitée. Seuls deux bâtiments, dont un reconnu comme un habitat privilégié et un autre dont la fonction est indéterminée ont été établis dans sa partie centrale. L’espace de l’habitat rustique semble déjà occupé dans certains secteurs au nord et au sud dès le Ier s., mais l’implantation principale de la phase monumentale date certainement du milieu du IIe s. On a constaté un deuxième état de bâtiments maçonnés qui pourrait correspondre à l’occupation du Bas-Empire bien présente sur tout le site. On a remarqué ensuite l’occupation mérovingienne de plusieurs emplacements d’annexes antiques, puis la concentration de l’habitat au centre de la cour, à proximité de la source, vers les VIIIe-IXe s. Le hameau médiéval et sa forge semblent se fixer au sud du hameau carolingien le long de deux rues, vers les XIe-XIIe s.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *