Atelier n° 9 (30 novembre 2015) : Techniques de mise en culture et de bonification des terres en Gaule du Nord.

Sous-titre et questions posées: « Quelles relations entre sols rencontrés et techniques attestées (fumures, amendements minéraux, banquettes, fossés, autres techniques de préparation) durant l’Antiquité ? »

ArbreP6photoriginalle_

 

Organisation : Kai FECHNER, Pierre OUZOULIAS, Christophe PETIT, Véronique ZECH-MATTERNE,

Atelier organisé dans le cadre du programme Rurland  (The rural lands of north-eastern Gaul, from the Late La Tène period to the Late Antiquity”, ERC Rurland, dir. M. Reddé).

Lieu et date : Lundi 30 novembre 2015, 9h-17h30

INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Salle Vasari (1er étage)

Contact : christophe.petit@univ-paris1.fr, kai.fechner@inrap.fr

Organisation de l’atelier de novembre :

Les textes auront été distribués à l’ensemble des participants. Chaque contribution donnera lieu à un exposé oral qui pourra s’appuyer sur une présentation Powerpoint, pour une durée de 35mn comprenant les discussions.

 

Workshop n° 9 (30th novembre 2015):  Ploughing techniques, soil amelioration, in North Gaul,

 

Subtitle and discussion subjects: ‘Which relations between encountered soils, and attested techniques (manuring, mineral amendment, ditches, ridges and other preparation techniques) in Antiquity?’

 

Organisation: Kai FECHNER, Pierre OUZOULIAS, Christophe PETIT, Véronique ZECH-MATTERNE.

 

Workshop organized in the frame of the program Rurland   (The rural lands of north-eastern Gaul, from the Late La Tène period to the Late Antiquity”, ERC Rurland (dir. M. Reddé).

 

Date and location:

 

Monday 30th November 2015, 9AM-5.30 PM

 

INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Room Walter Benjamin (ground floor)

Contact : christophe.petit@univ-paris1.fr, kai.fechner@inrap.fr

Organisation of the November workshop :

Texts will have been distributed to all the participants. Each contribution will be given in the form of an oral presentation that can be structured by a Powerpoint presentation, of a duration of 35mn including the discussions.

 

 

Planning

9h-9h15 – Pierre OUZOULIAS et Christophe PETIT : introduction générale

9h15-10h00 –Renate GERLACH, Arie J. KALIS, Jutta MEURERS BALKE : Soil and Roman land use in the Lower-Rhine-Region (Germany)

10h00-10h45 –Kai FECHNER, Estelle Camizulli, Viviane CLAVEL, Yves CRETEUR : Tentative de confrontation, par les cartes, des potentialités pédologiques et des traces d’amendements connues par les analyses de sols (sites gallo-romains de Belgique et du nord de la France).

10h45-11h00 – Pause

11h00-11h45 Jari MIKKELSEN, Cristiano NICOSIA, Roger LANGOHR : Contribution de l’archéopédologie au fonctionnement des maisons-étables à l’époque romaine dans le nord de la Belgique.

11h45-12h30–  Véronique ZECH-MATTERNE, Cécile BRUN : Fertilité des sols de culture et pratiques agricoles au second âge du Fer et durant la période romaine en régions Picardie et Ile-de-France, d’après l’évolution des flores adventices des champs cultivés.

12h30-13h45 – Déjeuner

13h45-14h30 – Monica AGUILERA, Marie BALASSE, Véronique ZECH-MATTERNE, Sébastien LEPETZ : Pratiques de fertilisation à la période romaine en le nord-est de la Gaule: apport des analyses isotopiques de restes archéobotaniques et archéozoologiques.

14h30-15h15 – Cécilia CAMMAS : Les agroécosystèmes : approche géoarchéologique et micromorphologique de la gestion des sols.

15h15-15h30– Pause

15h30-16h15 – Alain GIOSA, Christophe PETIT, Thomas DELBEY, Clément MEMBRIVES, Michelle ELLIOTT, Kaare Lund RASMUSSEN : les Agrégats Pédologiques Cuits (APC), nouveau marqueur de la mise en valeur des terres agricoles par le feu.

16h15- 16h50 – Conclusions et discussion générale

Résumés des communications

1)  Pierre OUZOULIAS et Christophe PETIT : introduction générale

2)  Renate GERLACH, Arie J. KALIS, Jutta MEURERS BALKE : Soil and land use in Iron Age and Roman times in the Lower Rhine region

(Germany, North Rhine-Westphalia)

Summary oft the oral presentation:

  • The Romans reached – in the loess landscape as well as in the non-loess landscapes – an open and intensively cultivated region.
  • Iron age agriculture based on animal husbandry and a wide range of diverse food plants. That enabled Iron Age farmers to use a great range of soils, even the less fertile soils (“precision farming”).
  • This farming system was especially in line with the different aeolian, glacial and fluvial sediments in the non-loess-landscapes of Germania Inferior.
  • But using of marginal sandy and wet soils led to acidification and rising of the groundwater level during Iron Age: Podzols, heathland, Gleysols and permanent creeks increased.
  • Although the Romans did not change the “old system” in the non- loess landscapes, their influence induced more efficiency and “sustainability”.
  • Marginal soils were abandoned, whereby degradation processes and water logging were reduced.
  • Elsewise in the loess landscape: the fertility of loess led to a totally new agriculture system (villae), based on spelt and bread wheat.
  • We have no archaeobotanic and geoarchaeologic verification concerning a Roman fertilization with limy loess (“Mergel”).
  • Lime indicating weeds are proxies for soil erosion. During Roman times erosion reached – for the first time – unweathered loess horizons (“final erosion”): anthropogenic Pararendzina newly formed.
  • However, during the bloom of the cereal-based villae-system (100-250 AD), no colluvia reached the valley bottoms. Some protection against erosion must have exists, like fossae limitales.

Corresponding author: Prof. Dr. Renate Gerlach, LVR-Amt für Bodendenkmalpflege im Rheinland, Endenicher Str. 133, 53115 Bonn, 0049 (0)228-9834-127, r. gerlach@lvr.de.

3)  Kai FECHNER, Estelle CAMIZULI, Viviane CLAVEL, Yves CRETEUR : Tentative de confrontation, par les cartes, des potentialités pédologiques et des traces d’amendements connues par les analyses de sols (sites gallo-romains de Belgique et du nord de la France).

Il est tenté de comparer les données acquises par l’archéologie préventive en matière de traces d’amendements des sols dans des horizons cultivés gallo-romains du Nord de la France et de Belgique, et les cartes de potentialités des sols (granulométrie, pente, pierrosité, développement de sols, taux de calcium …) qui sont à notre disposition. L’objectif est de présenter les techniques mises en évidence et de s’interroger sur leur éventuelle relation avec des facteurs de formation de sol particuliers.

It is tempted to compare the map of data known on traces of soil improvement in Roman ploughing horizons of Northern France and Belgium, with maps of soil potentials (texture, slope, stoniness, soil development, calcium content…) that are at our disposal. The objective is to present the techniques that are attested and to ask questions about their eventual relation with particular soil forming factors

4)  Jari MIKKELSEN, Cristiano NICOSIA, Roger LANGHOR : Contribution de l’archéopédologie au fonctionnement des maisons-étables à l’époque romaine dans le nord de la Belgique.

5)  Véronique Zech-Matterne (CNRS/MNHN, UMR 7209 AASPE) ; Cécile Brun (Université de Nantes, laboratoire POLEN) : Fertilité des sols de culture et pratiques agricoles au second âge du Fer et durant la période romaine en régions Picardie et Ile-de-France, d’après l’évolution des flores adventices des champs cultivés.

Les sources antiques relatives aux pratiques culturales en Gaule Belgique et Lyonnaise sont pratiquement inexistantes, ce qui nous oblige à recourir à des indices indirects pour progresser dans leur reconstitution. Au cours de l’histoire, la mise en culture dans des espaces réservés d’une grande variété de plantes, à des fins artisanales ou alimentaires, s’est accompagnée de l’apparition de flores sauvages spécifiques, qui ont calqué leur cycle de vie sur celui des espèces domestiques. Ces flores, constituées à l’origine de composantes spontanées, se sont petit à petit enrichies d’adventices exogènes, qui se sont naturalisées dans ces biotopes soumis à une forte pression humaine. Les flores des champs cultivés de l’Antiquité comportent de nombreuses espèces, permanentes ou occasionnelles, qui répondent rapidement aux changements de régimes de culture et aux temps forts des cycles agricoles (culture, jachère, rotations…). Les préférences écologiques de ces espèces ont pu évoluer durant cette longue histoire mais leurs caractéristiques physiologiques sont stables car la survie de la plante en dépend. Ces « traits de vie » peuvent être analysés en regard de référentiels actuels (étude des flores adventices liées à certains modes culturaux) et reflètent certains aspects du milieu de croissance (texture du sol, pH, degré de perturbation des sols, ressources en nutriments…). Ces paramètres sont liés à des pratiques culturales telles que le régime de semis, la fréquence et le type de labour, l’existence de sarclages et désherbages, les apports de fumier et d’autres matières. L’analyse des modifications intervenues dans la composition des cortèges adventices sur le long terme nous renseigne sur l’évolution de ces pratiques. Les ensembles de messicoles associées aux résidus de stocks de grain sont moins pertinents car les traitements post-culturaux ont souvent appauvri leur diversité floristique.

A l’aide de ces méthodes, nous analysons les ensembles carpologiques de France septentrionale entre le début du second âge du Fer et la fin de l’Epoque romaine. Les résultats de cette approche sont confrontés aux évolutions perçues dans les choix de culture et l’essor ou l’émergence de certaines plantes cultivées, comme l’avoine, le seigle et les blés nus.

6) Mònica AGUILERA, Marie BALASSE, Sébastien LEPETZ et Véronique ZECH-MATTERNE : Pratiques de fertilisation à la période romaine au nord-est de la Gaule : Apport des analyses isotopiques de restes archéobotaniques et archéozoologiques

La caractérisation des pratiques agricoles passées dans le Nord de la France (Île-de-France et Champagne) et leur évolution sont analysées à partir des données archéobotaniques, archéozoologiques et des compositions isotopiques de céréales et d’ossements animaux. La composition isotopique en azote (δ15N) de graines de céréales archéologiques est analysée, afin de comprendre les pratiques culturales et d’interpréter les conditions de fertilité des sols et l’utilisation du fumier. Le rôle de l’élevage dans ces systèmes et les bénéfices que le bétail pouvait en retirer a été parallèlement analysé à partir du collagène osseux; la question était de déterminer si, dans les régions où l’importance de la fumure pouvait être démontrée, les animaux étaient, en contrepartie, alimentés avec les produits ou les sous-produits des récoltes.

7)  Cécilia CAMMAS : Les agroécosystèmes : approche géoarchéologique et micromorphologique de la gestion des sols.

8)  Alain GIOSA, Christophe PETIT, Thomas DELBEY, Clément MEMBRIVES, Michelle ELLIOTT, Kaare Lund RASMUSSEN : les Agrégats Pédologiques Cuits (APC), nouveau marqueur de la mise en valeur des terres agricoles par le feu.

Bibliographie indicative

Le projet RurLand est téléchargeable à l’adresse suivante : http://f-origin.hypotheses.org/wp- content/blogs.dir/1804/files/2014/02/projetcompletweb.pdf. Le thème (focus) 4 est présenté à la p. 10 du fichier.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *