Atelier n° 14 (5 avril 2016) : Potentialités des sols et systèmes agricoles dans les gaules du nord et de l’est

Coordonné par Pierre Ouzoulias et Christophe Petit

Dans l’historiographie des campagnes de la Gaule du nord, reste prégnante l’idée que, à la suite de la Conquête, les meilleures terres agricoles auraient été investies par les exploitations les plus importantes, les villae, qui auraient chassé vers des terroirs plus pauvres les « paysans indigènes ». Une relation forte a ainsi été établie entre les régions de grande culture et les zones de fortes densités de villae. Roger Agache, dont les cadres conceptuels s’imposent encore à nous, nolens volens, considérait ainsi que les grandes plaines limoneuses du nord de la France constituaient le cadre d’une « exploitation capitaliste et coloniale » de la terre par les villae alors que les fonds des vallées étaient occupés par des « systèmes agraires indigènes de petits paysans groupés dans de petits établissements ».

Cette assimilation est fondée sur plusieurs suppositions qu’il est utile d’examiner et de discuter dans le cadre du programme RurLand, car elles conditionnent toujours, même inconsciemment, certaines de nos réflexions. La première procède de la conjecture que la grande culture, telle qu’elle se met en place durant l’époque moderne, correspond aux meilleures terres et que la géographie des terroirs à fortes potentialités agricoles a peu évolué dans le temps. Pourtant, il est admis que les techniques agricoles ont profondément évolué depuis l’Antiquité. On ne peut donc écarter absolument l’hypothèse que les systèmes agricoles gallo-romains aient permis une meilleure exploitation de terroirs délaissés dans les siècles passés ou, à l’inverse, qu’ils n’aient pas été adaptés pour tirer le meilleur profit des « fortes terres ». Il convient aussi de s’interroger sur la pérennité, dans la longue durée, des capacités agricoles des sols. La seconde conjecture relève d’une forme de déterminisme qui associe les sols supposés les plus productifs aux grandes exploitations, considérées comme économiquement les plus efficaces.

Les premières enquêtes réalisées dans le cadre du projet RurLand viennent de montrer que ce schématisme conceptuel pouvait être très réducteur et que les situations régionales étaient plus diverses et complexes. Ainsi, les petites fermes de la plaine de France se trouvent sur les terrains limoneux parmi les plus féconds de la France septentrionale. Il est donc important de tenter d’asseoir la réflexion sur des bases mieux établies en introduisant dans le débat des éléments plus objectifs. Christophe Petit et Estelle Camizuli ont donc élaboré un référentiel de sols en isolant les critères qui pouvaient favoriser leurs capacités agricoles et plus particulièrement leur aptitude à la céréaliculture. La carte ainsi réalisée constitue la première étape de cette réflexion qui doit maintenant se poursuivre en intégrant la dimension historique de leurs transformations, enrichissement ou appauvrissement, et de leurs usages.

L’autre dessein de l’atelier du 5 avril 2016 est de confronter cette topographie des potentialités agricoles des sols à la géographie des formes de leur mise en valeur. Autrement dit, quels types   d’exploitation trouve-t-on sur les différentes catégories de sols ? Existe-t-il une relation de dépendance entre le substrat pédologique et la typologie des établissements ou les spécificités des systèmes agricoles, quand ils peuvent être appréhendés avec quelque vraisemblance ? Ces questions seront traitées à partir des données collectées dans plusieurs régions : la Bourgogne, l’Alsace, la région d’Amiens.

Enfin, en fonction des aptitudes supposées des pratiques agricoles, on s’interrogera sur les possibilités de modification et d’amélioration des sols du paysan gallo-romain. La question sera abordée par le biais des travaux pédologiques et archéologiques réalisés par Alain Giosa sur le finage antique de Rochefort-sur-Brévon, en forêt de Châtillon. Les résultats de cette enquête pourront nourrir une réflexion plus générale sur l’ampleur de la conquête agricole inhérente à l’optimum de peuplement gallo-romain, ou, à l’inverse, aux possibilités d’identifier des espaces peu ou pas cultivés, durant cette période.

Programme de la journée :

9 h 30

Christophe Petit et Estelle Camizuli
La caractérisation des potentialités agricoles des sols dans l’aire d’étude de RurLand : méthodes et résultats

10 h 30

Pierre Ouzoulias
Des enquêtes agricoles du début du XIXe siècle à l’étude des systèmes agricoles gallo-romains : continuités, ruptures

11 h 30 : pause

12 h

Pierre Nouvel et Étienne Lallau
Les sols et leur exploitation agricole en Bourgogne durant l’Antiquité

13 h : repas

14 h

Antonin Nüsslein
Modalités d’implantations et exploitation des ressources naturelles entre Moselle et Rhin

15 h

Christophe Petit et Nicolas Bernigaud
Plateaux, vallées, villae et petites exploitations dans l’Amiénois antique : premiers résultats d’une confrontation

16 h

Alain Giosa
Approche pédologique et archéologique du finage d’une exploitation agricole gallo-romaine de la forêt de Châtillon

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *